LA MASTURBATION : Et si on en parlait

Longtemps considéré comme un grand vice, la masturbation a du mal à se défaire de cette mauvaise réputation. Les jeunes ont tendance à se taquiner sur le sujet en se traitant de « branleur ». Ils ont ainsi levé un tant soit peu le tabou qui pesait sur la masturbation. On en parle avec le docteur Claude Kaboré, médecin généraliste.

La masturbation est une stimulation de ses propres organes génitaux. Cette pratique provoque une montée de l’excitation sexuelle permettant à l’orgasme de se produire. Celle pratique se fait le plus souvent seul, mais peut se faire également à deux : masturbation mutuelle 

Les méthodes de masturbation connues

Chez l’homme : La masturbation masculine est presque exclusivement manuelle. II existe tout de même certains individus qui utilisent la technique du frottement contre d’autres objets, mais cela restait rare et expérimental. La quasi-totalité accompagne la pratique par une stimulation mentale marquée par des idées érotiques, parfois scénarisées.

Chez la femme : Encore tabou il n’y a pas si longtemps, la masturbation féminine est un sujet dont les femmes ne se cachent plus. Elles sont de plus en plus nombreuses à parler de leurs plaisirs solitaires sans en avoir honte. Si certaines pratiquent la stimulation manuelle, d’autres utilisent des objets sexuels appelées sex-toys.

C’est quoi les conséquences ?

Contrairement à ce qui est souvent entendu, la masturbation a certains avantages, nous confie le Dr Claude Kaboré, médecin généraliste. II cite entre autres :

  • Diminution du risque de cancer de prostate du fait du nombre élevé d’éjaculation.
  • Permet de mieux connaître son corps.
  • Diminue le stress par la libération de la dopamine et aussi de la prolactine si la séance arrive à l’orgasme.
  • Favorise une bonne santé et/ou psychique

Mais la masturbation régulière voire abusive peut entraîner des conséquences néfastes pour notre santé. Ce sont :

  • La dépendance nu l’addiction sexuelle. 
  • Une déformation de la verge rendant la pénétration difficile. 
  • La diminution de la croissance : parce que pour bien grandir, l’être humain a besoin de protéines, de glucides, de calcium, de phosphore, tt etc. Et pourtant les spermatozoïdes contiennent tous ces éléments. Donc le jeune garçon en se masturbant extrait tous ces éléments de son organisme et cela empêche la croissance normale.
  • La masturbation peut provoquer l’impuissance par l’assèchement de la veine qui amène le sang au niveau de la verge lors de l’érection.
  • On peut constater aussi un appauvrissement du sperme et les enfants issus d’un masturbateur chronique ne sont pas bien développés parce qu’étant les produits d’une semence très affaiblie.
 

Peut-on arrêter ?

Le docteur Claude Kaboré donne des conseils :

  • Être conscient qu’on abuse de la pratique.
  • Entamer progressivement la fréquence de la masturbation.
  • Se confier à un confident.
  • S’occuper d’autres choses dans la vie courante.
  • Faire du sport.
  • Arrêter de suivre les films pornographiques si c’est d’où part l’envie.
  • Éviter d’être seul chez soi.
  • Se fixer des objectifs pour arrêter de se masturber.
  • Établir un calendrier d’activités diverses et se récompenser soi-même s’il est respecté.
  • Rencontrer des filles si vous êtes un garçon et rencontrer des garçons si vous êtes une fille.
  • Avoir des moments d’échanges avec des amis.
 

Ce qu’on en pense Faouziath Yangané, étudiante licence 2 en management et coordination de l’Action humanitaire.

« La masturbation est aujourd’hui reconnu comme un acte naturel… car certains la pratiquent pour éviter les grossesses et les maladies. Elle peut cependant devenir une addiction et cacher un mal profond. Mais personnellement, je ne l’ai pas encore pratiqué. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas la fréquence qui est le point le plus important, c’est plutôt lorsque la simple envie laisse place à un véritable besoin. C’est une drogue naturelle »  

Dadou Diallo, technicien en énergie solaire Je le fais parfois 

 « La masturbation ne me tente pas beaucoup, car je suis en contact permanent avec ma copine. Une fois, je me suis masturbé parce que tout simplement ma copine avait ses menstrues. »

Issa Bantango, étudiant en économie : ça fait bien à l’organisme

 « J’ai déjà pratiqué la masturbation. Je l’ai pratiquée parce que l’excès de sperme dans mon organisme peut me nuire. Puisque je n’ai pas de copine, je m’en débarrasse ainsi. » 

Nafiisatou Dabougou, étudiante : C’est mauvais pour la santé

« Je n’ai jamais pratiqué la masturbation parce qu’à mon avis, la masturbation est une mauvaise pratique qui peut nuire à la santé sexuelle humaine.  »

Post Views: 260
Top
X