Moussa Petit Sergent

Moussa OUEDRAOGO – nom d’artiste Moussa Petit Sergent –  est un artiste-comédien talentueux qui bouscule la hiérarchie dans le sérail de l’humour actuellement. Révélé au public en 2006 par le feuilleton « Petit Sergent », il s’est rapidement imposé comme un redoutable humoriste alliant histoire drôle, vanne, parodie et musique à merveille. Meilleur humoriste émergent en 2011 lors des Ouistiti d’or, il est le grand vainqueur du Grand Prix National de l’Humour en 2015, organisé par le ministère de la culture. Son humour, hilare, combinant merveilleusement satire et ironie, séduit toujours son auditoire. Moussa OUÉDRAOGO, a à son actif plusieurs one-man-shows dont les plus notoires sont : Femmes enceintes, conseils pratiques en 2013,  Mes amours en 2016, Complètement décalé en 2017. Il a mis sur le marché du disque son premier album intitulé « Fais rire ta mère » en 2012. Moussa Petit Sergent a été la révélation du MASA 2016, prix découverte RFI talent du rire, Lompolo du meilleur spectacle 2016. Il a gratifié le public d’un spectacle époustouflant pour la cérémonie d’ouverture de la 25ème édition du FESPACO en 2017, participé avec brio au festival du rire de Marrakech 2017.

En 2017 en collaboration avec le département de l’Aude, il initie un projet intitulé « Les Archives Parlent ».  Ce projet consiste à rendre vivant une exposition sur les chefferies traditionnelles au Burkina Faso des origines à l’indépendance. Entouré d’autres artistes de plusieurs univers,  il réalise le projet qui connait un franc succès lors des assises nationales de la coopération décentralisée à Ouagadougou. La deuxième phase est en cours et la diffusion est prévue pour octobre 2018 au Burkina Faso.

Moussa Ouedraogo, qui vient de l’école exigeante du théâtre, est par ailleurs un comédien accompli. Il a plusieurs rôles à son actif, au théâtre comme au cinéma.

Impliqué au Burkina dans le « Collectif des Architectes du Rire », il aspire à la reconnaissance de l’humour comme un art à part entière, conscient que cela demande du travail et de l’exigence éthique.

Il revendique ainsi, avec ce collectif une certaine vision de l’humour.

Pour lui, l’humour est un vecteur de pensée et d’éducation populaire. Il permet d’aborder des sujets de société et de former un regard critique. Il peut aussi véhiculer une image positive du Burkina Faso à travers le monde. Mais cet art manque toutefois de reconnaissance et de condition de progression. Son ambition est donc de se former et de se frotter à des nouveaux publics. Pour ensuite transmettre aux humoristes débutants et confirmés africains en montant un lieu d’échange, de diffusion, de formation et de perfectionnement. Mais au-delà, ce lieu doit permettre la rencontre avec les publics et jouer un pôle de vie sociale et citoyenne.» C’est ainsi qu’avec le CAR, il est en train de mettre en place un espace de création et de diffusion dédié à l’humour.

 

1 Commentaire. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ

Menu